Skip to main content
interventions-pathologies | urologie | phimosis |

PHIMOSIS



Le prépuce est le repli de peau qui recouvre le gland.


À la naissance et chez le petit enfant, le phimosis est physiologique, rendant le décalottage impossible. De plus, le prépuce colle au gland par des adhérences préputiales.
Sous l'effet de la croissance de la verge et des érections physiologiques du nourrisson et de l'enfant, l'assouplissement naturel du prépuce se fait spontanément et autorise un décalottage complet de la verge.
Nous conseillons actuellement de ne pas toucher le prépuce chez le petit enfant, tant qu'il n'y a pas d'infection urinaire ou de complication empêchant l'enfant d'uriner correctement.

Quand parle-t-on de phimosis pathologique ?
On parle de phimosis pathologique lorsque l'anneau préputial est épais, très étroit et fibreux et empêche de découvrir le gland.
Il peut être dû à des épisodes d'inflammation ou de décalottage forcé à l'origine de fissures cicatrisant sous forme de rétractions.
Il peut être à l'origine de complications : infection (balanoposthite), difficulté à uriner, rétention d'urine sous le prépuce, paraphimosis, (étranglement du gland par l'anneau préputial lors d’un décalottage forcé rendant impossible le recalottage spontané. Il s'agit alors d'une urgence chirurgicale : il faut effectuer une réduction manuelle sous anesthésie locale.


Quand traiter le phimosis ?
- Lorsqu'il existe un rétrécissement du prépuce empêchant de décalotter facilement l'enfant à partir de l'âge de 3/4 ans.
- En présence d'une maladie de la peau du gland et/ou du prépuce (lichen scléro-atrophique).
- S'il existe des difficultés mictionnelles, des inflammations et infections de la peau du prépuce, du gland et du méat urétral (appelées balanoposthites).
- Dans le but de prévenir la survenue d'un paraphimosis ou de pratiquer son traitement secondaire.
- Lors d'une gêne à l'érection du fait d'un anneau préputial trop étroit chez un adolescent.

 

Quelles sont les possibilités de traitement ?
Le traitement médical :
Un traitement médical par application locale de dermocorticoïdes au niveau de l'anneau préputial pendant au moins 4 semaines, sans effet secondaire décrit, permet dans 90 % des cas d'assouplir l'anneau préputial et autorise un décalottage complet. L'efficacité de ce traitement nécessite une parfaite
collaboration des parents et de l'enfant. En cas d'échec la chirurgie devient nécessaire.
Le traitement chirurgical :
Il existe 2 techniques chirurgicales réservées aux phimosis ayant résisté aux corticoïdes locaux, ou dans certains cas particuliers de maladies de peau du prépuce. L'intervention se déroule sous anesthésie générale et loco-régionale. Une consultation d'anesthésie pré - opératoire est obligatoire quelques jours avant l'opération.

La plastie du prépuce.
Cette intervention consiste en une section longitudinale de l'anneau préputial sur sa face dorsale suivie d’une suture transversale. L'anneau préputial est ainsi élargi et autorise un décalottage sans difficulté, tout en respectant le prépuce. La participation des parents et de l'enfant est ensuite nécessaire car il faut entretenir le bon résultat par un décalottage quotidien.                

La posthectomie (ou circoncision).
Cette intervention consiste en l'ablation du prépuce. Le gland est découvert. Des points sont mis en place entre la peau du fourreau de la verge et la collerette muqueuse du gland. Le gland est définitivement à nu. Il n’y a plus de décalottage nécessaire. Le prépuce ne se reconstitue pas. La sensibilité du gland est modifiée initialement (perception du contact de l‘eau ou des vêtements) mais ne dure pas. Il n’y a pas de conséquence négative ultérieure sur les rapports à l’âge adulte

Les suites habituelles

Ces interventions sont pratiquées lors d'une hospitalisation de courte durée (demi ambulatoire). La douleur est habituellement modérée et ne dure que 2 à 3 jours. Elle sera calmée par des antalgiques. Cependant, l'enfant peut se plaindre d'une gêne localisée au niveau du gland qui peut persister pendant plusieurs jours. La cicatrisation complète nécessite environ 2 semaines :
- Les fils de suture se résorbent spontanément dans un délai habituel de 3 à 6 semaines
- Un pansement est appliqué sur la verge (après posthectomie) et se décolle spontanément avec le bain ou la douche après un délai variable et sans importance.
- Une douche est possible dès le soir de l'intervention, les bains sont autorisés 48 heures après l’intervention.
- L'enfant peut reprendre ses activités habituelles au bout de quelques jours.

Risques et complications
Toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques et complications.
Le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou
différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole planifié.
Certaines complications sont liées à l’état général de votre enfant et à l’anesthésie ; elles vous seront expliquées lors de la consultation préopératoire avec le médecin anesthésiste et sont possibles dans toute intervention chirurgicale.

Complications communes à ces 2 techniques :
Saignement ou hématome survenant immédiatement après l'intervention (2% des cas). Il peut parfois nécessiter des soins
locaux voire une ré-intervention
Retard de cicatrisation nécessitant des soins locaux prolongés. Infection traitée habituellement par soins locaux
Rétention transitoire d'urines.

Complications de la plastie de prépuce :
Cicatrice douloureuse, gênante ou inesthétique
Aspect inesthétique transitoire du prépuce
Récidive du phimosis si le décalottage n'est pas régulier

Complications de la circoncision :
Blessure du gland ou de l'urètre : exceptionnelle
Découverte d’une anomalie sous-jacente : malformation de la verge ou affection dermatologique.
Sténose du méat de l'urètre peut apparaître dans les 4 ans qui suivent l'intervention (3% des cas). Cette situation peut nécessiter des dilatations du méat et une méatotomie

 


Fiche d'information élaborée par la Société Française de chirurgie Pédiatrique et modifiée par le Docteur AIT ALI SLIMANE.
       

Télécharger : fiche d’information : phimosis